Lettre d’informations du 17 avril 2016

Plescop Avec Vous a rencontré la Municipalité le 15 mars 2016.

Deux à trois fois dans l’année, le CA de Plescop Avec Vous sollicite un rendez vous avec la municipalité pour échanger sur les sujets communaux en cours qui peuvent aider à orienter, préciser les travaux menés par notre association :

AGENDA 21 :
L’intervention du CA de Plescop Avec Vous a porté, notamment, sur les ambitions de la municipalité, l’intégration des actions dans sa politique générale, la communication vers les citoyens.

Urbanisme :
La municipalité a fait part de l’avancée de plusieurs projets «phares». Le CA de Plescop Avec Vous a particulièrement dit son intérêt pour les projets Park Nevez, et de réaffectation des locaux de l’école Ste Anne auxquels notre association souhaite contribuer à plusieurs titres : participation citoyenne, communication, mise en œuvre des orientations de l’agenda 21 en matière d’habitat, agriculture urbaine, activités «micro ferme», ancrage avec le cœur de bourg, notamment.
Le CA de Plescop Avec Vous a particulièrement insisté sur la nécessité pour la commune de reconquérir une certaine maîtrise de l’immobilier commercial, actuellement totalement absente.

Équipements sportifs et culturels :
Le CA de Plescop Avec Vous constate l’importance des moyens financiers mis en œuvre dans les domaines sportifs et demande un rééquilibrage en faveur des secteurs de l’accompagnement social et culturel.

Réunions de quartier :
Ces réunions ont débuté et tous les secteurs seront concernés. Le CA de Plescop Avec Vous a renouvelé son intérêt pour ces rencontres avec les citoyens et demandé de rechercher les moyens de les rendre plus attractives, notamment en organisant physiquement ces réunions au sein des quartiers.

Le CA de Plescop Avec Vous est globalement satisfait de ces rencontres avec la municipalité qui sont intéressantes et productives. Elles permettent aussi de mieux faire connaître et adapter les actions de notre association qui tendent à promouvoir et valoriser la participation des citoyens aux décisions, gage de la vitalité de la démocratie locale.

L’intégralité du compte rendu de cette rencontre est à lire sur le site de Plescop Avec Vous.

L’habitat coopératif : possible à Plescop ?.

Ou comment être propriétaire collectivement et locataire individuellement.
La coopérative d’habitants est un montage juridique et financier qui donne des moyens légaux, démocratiques, non spéculatifs, pour habiter un lieu.
La propriété est partagée collectivement par le biais de la coopérative qui possède l’immeuble. Les habitants détiennent quant à eux des parts sociales de la coopérative.
Habiter, ce n’est pas simplement se loger, avoir un toit, c’est investir un lieu, créer du lien, entretenir des relations, c’est d’abord un acte social.
Avec des habitants de tous âges, de milieux sociaux divers, aux revenus différents, la mixité sociale est au cœur du modèle de la coopérative d’habitants.
Un projet d’habitat coopératif peut-il s’envisager à Plescop ?
Pour plus d’informations, voir l’article sur notre site ici.

Un indicateur de performance “Made in local”.

Et si, à côté du PIB, le Produit intérieur Brut qui mesure la totalité de la valeur ajoutée produite par notre pays, nous disposions aussi d’un indicateur qui permettrait de mesurer pour chaque entreprise la part de sa valeur ajoutée qui est produite localement, qui sert à payer des fournisseurs locaux, des salaires aux habitants d’un territoire, des taxes et impôts aux collectivités locales de ce territoire. Cet indicateur de degré de localisation de l’économie sur un territoire donné serait très utile pour évaluer les politiques publiques locales.
De nombreux travaux remettent en cause le rôle directeur du PIB dans la mesure du développement d’un pays. L’évolution du PIB ne mesure que la croissance de l’économie, qu’elle soit de qualité ou qu’elle contribue au contraire à mettre en danger notre avenir et celui des générations futures. De nouveaux indicateurs cherchent à prendre en compte l’environnement, le bien-être, la santé, l’éducation, etc…
Un indicateur de degré de localisation de l’économie apporterait un plus.
Des initiatives privées cherchent déjà à valoriser ce critère. Parmi celles-ci, on peut regarder avec intérêt l’indicateur BIOM de la société BIOM attitude.
A suivre…

Quand les commerces disparaissent, c’est le FN qui progresse.

Une étude de l’Ifop montre que le vote en faveur du Front national est plus élevé dans les communes dont les petits commerces et les services sont absents. Une analyse qui éclaire la réalité mal connue et peu médiatisée de la France rurale contemporaine.
Lire l’article de Gaël Brustier, chercheur en science politique, sur Slate.fr.

La généralisation de la complémentaire santé, une forme insidieuse de privatisation de la santé ?

La plupart des responsables politiques, syndicalistes, médiatiques, nous présentent la décision de généraliser les complémentaires santé comme un progrès. Le rapprochement l’été prochain dans un même groupe d’Harmonie Mutuelle, de la MGEN et des mutuelles d’Istya nous est annoncé par leurs promoteurs comme la “construction d’un grand groupe mutualiste de protection sociale”. Mais n’est-ce pas au contraire l’accélération du processus de marchandisation de la santé ? La santé sera t-elle encore un bien commun demain ? A chacun selon ses besoins ou à chacun selon ses moyens ? Savez-vous que les coûts de fonctionnement de la Sécurité Sociale sont quatre fois moins élevés que ceux des mutuelles et assurances de santé ? D’autres politiques sont possibles.
Écoutez le docteur Patrick Dubreil, président du Syndicat de la Médecine Générale et acteur engagé de solidarité avec les dispensaires autogérés en Grèce.

Malgré l’opposition des peuples européens, le projet de traité de libre échange transatlantique (TAFTA ou TTIP) poursuit son chemin.

StiglitzAvec des millions d’européens nous avons demandé à l’UE de mettre fin aux négociations des accords commerciaux TTIP et CETA. De nombreuses collectivités, dont notre municipalité de Plescop, ont voté des motions d’exclusion ou de vigilance demandant à nos dirigeants de ne pas sacrifier les citoyens européens au profit du commerce et de la finance internationale.
Mais est-ce que la Commission nous écoute? Pas tellement, semble-t-il. Le 29 février la Commissaire Malström annonçait l’accord avec le Canada sur le CETA (AEGG, accord économique et commercial global). La proposition adoptée inclut le droit des investisseurs de poursuivre en justice les gouvernements, les fameux mécanismes ISDS, rebaptisés maintenant ICS, système juridictionnel des investissements…
Il est toujours temps de signer la pétition européenne : vers les 4 millions de signataires.